emploi
Le stage d’insertion professionnel

réactions

Le stage d’insertion professionnel (anciennement stage d’attente) a été allongé à 12 mois et les jeunes sont de plus en plus contrôlés. Le Conseil de la Jeunesse veut inverser cette tendance et proposer des pistes de solution d’avenir.

Au 1er aout 2013 la législation relative au stage d’insertion professionnelle (période durant laquelle le jeune est inscrit comme demandeur d’emploi sans recevoir d’allocations) a encore changé par le renforcement du contrôle de la recherche d’emploi des jeunes. Dorénavant, le jeune en stage d’insertion sera contrôlé deux fois par l’Office National de l’Emploi (ONEM) qui évaluera son comportement de recherche « active » d’emploi à deux reprises, au cours du 7e et du 11e mois. Si les deux évaluations sont positives, le jeune pourra bénéficier des allocations d’insertion professionnelle. Dans le cas contraire il devra attendre de nouvelles évaluations positives. Autrement dit, pour avoir droit aux allocations, le jeune devra recevoir deux évaluations positives successives.

Ce changement de législation marque une nouvelle étape dans le renforcement du contrôle et de la suspicion qui pèse sur les jeunes qui s’inscrivent comme demandeurs d’emploi à la sortie de leurs études. Déjà au 1er janvier 2012, la durée du stage d’insertion professionnelle (alors appelé stage d’attente) était passée pour tous à un an. Auparavant celle-ci variait de 6 mois, 9 mois ou un an en fonction de l’âge du jeune au moment de son inscription.  

Le rallongement de la durée du stage d’insertion professionnelle et le durcissement du contrôle de la recherche « active » d’emploi contraint de nombreux jeunes à postuler et à s’engager pour des emplois précaires sans rapport avec leurs formations et compétences.

Le Conseil de la Jeunesse s’interroge sur ce durcissement de la législation qui fait porter la responsabilité du chômage sur les jeunes qui en sont victimes et tend à les stigmatiser davantage alors qu’ils ne demandent qu’à s’insérer dans une société qui devrait reconnaître leur valeur et compétence. Pour le dire autrement, la nouvelle philosophie prônée par le Gouvernement fédéral en matière d’activation des jeunes alimente un sentiment d’injustice qu’il serait dangereux de sous-estimer.

Pour le Conseil de la Jeunesse, il ne s’agit pas de remettre en cause le stage d’attente en lui-même mais de développer et d’alimenter une réflexion sur ce que devrait être le stage d’attente : un stage d’attente perçu positivement par les jeunes, orienté davantage vers l’accompagnement et l’accès aux formations plutôt que sur le contrôle et la culpabilisation. A ce sujet, même si le Conseil de la Jeunesse salue les avancées qu’apporte la Garantie Jeunesse[1] de la Commission européenne en matière d’emploi des jeunes, il restera attentif à la mise en place de cette mesure au niveau national.

Concernant les stages en entreprise, le CJ considère qu’ils doivent être correctement encadrés par la loi afin d’éviter les potentiels abus de la part d’employeurs peu scrupuleux. C’est à nouveau et de manière plus générale, la question de la précarité qui touche les jeunes (et les moins jeunes) qui doit être posée.



[1] La «garantie pour la jeunesse» est une nouvelle initiative qui vise à lutter contre le chômage des jeunes en proposant à tous les jeunes de moins de 25 ans, qu’ils soient inscrits au chômage ou non, une offre de qualité, dans les 4 mois suivant la fin de leur scolarité ou la perte de leur emploi. Cette offre doit consister en un emploi, un apprentissage, un stage ou une formation continue et être adaptée aux besoins et à la situation de chacun.

 

« Retour

Commentaires

Actualités
La déléguée ONU pour le développement durable du Conseil de la Jeunesse rappelle l’importance de la Jeunesse dans l’Agenda 2030

Notre déléguée ONU pour le développement durable, Diane Delava a prononcé un discours ce vendredi 13 juillet lors du HLPF (High Level Political Forum for Sustainable Development), afin de mettre en avant l’importance d’ une meilleure inclusion des jeunes en matière de développement durable.

Lire la suite
Les délégués ONU du Conseil de la Jeunesse lancent leurs consultations!

 

Chaque année, nos délégués ONU en charge des matières de la Jeunesse, du Développement Durable et du Climat lancent des consultations.

Lire la suite
Résultats des élections du Conseil de la Jeunesse

Après :

3 mois de campagne,

1929 km parcourus,

30 bureaux de votes officiels sur toute la Fédération Wallonie-Bruxelles,

1943 votants et 5067 votes exprimés.

Voici la liste des 36 candidats élus (18 hommes et 18 femmes) qui intégreront la nouvelle Assemblée générale 2018-2019!

Bienvenue à eux et bon travail !

#paritéparfaite #electionsduconseil #Etsicetaittoi

Lire la suite
Deviens un.e Ambassadeur des Jeunes Belges francophones!


Le Conseil de la Jeunesse est à la recherche de jeunes citoyens motivés pour constituer une nouvelle équipe de « Jeunes Ambassadeurs » du Dialogue Structuré européen en 2017 !

Lire la suite
Bienvenue dans ma tribu – La nouvelle plateforme citoyenne interactive.

« Bienvenue dans ma tribu » est une plate-forme web interactive permettant aux jeunes, de 12 à 25 ans, de débattre, de réfléchir et de construire pleinement leur citoyenneté.

Lire la suite Boîte à idées

Moteur de
recherche